Monday, 29 August 2016

BOTSWANA | Disturbing News

SAVE THE BUSHMEN | This really caught my eye. Trophy hunting has moved up a notch, now people are killing the Bushmen from helicopters. Unreported News for sure. What is my point here? I can see a shift in the Continent's art in regards to becoming proud of being primitive and celebrating the Uncivilized but look what happens when viewed by the wealthy western world. African lives become less valuable than those of the animals. So this gross act must be punished at the highest levels of Botswana's Leadership. What an utter disgrace! Shameful to value a life so poorly. 

We must fight against the Greed. This is what is driving justified murder by the so-called Civilized World; not just in Africa but everywhere. The Bushmen know the land so well; what we lose is so important, far more precious than diamonds and natural resources. When the knowledge has been destroyed and the Greed succeeds, only then, will we realize that the lands of Botswana will become permanently useless.


Genocide in Plain Sight: Shooting Bushmen From Helicopters in Botswana

In a healthy democracy, people are not shot at from helicopters for collecting food. They are certainly not then arrested, stripped bare and beaten while in custody without facing trial. Nor are people banned from their legitimate livelihoods, or persecuted on false pretenses. Sadly in Botswana, southern Africa’s much-vaunted ‘beacon of democracy’, all of this took place late last month in an incident which has been criminally under-reported. Nine Bushmen were later arrested and subsequently stripped naked and beaten while in custody.

The Bushmen of the Kalahari have lived by hunting and gathering on the southern African plains for millennia. They are a peaceful people, who do almost no harm to their environment and have a deep respect for their lands and the game that lives on it. They hunt antelope with spears and bows, mostly gemsbok, which are endemic to the area.

According to conservation expert Phil Marshall, there are no rhinos or elephants where the Bushmen live. Even if there were the Bushmen would have no reason to hunt them. They hunt various species of antelope, using the fat in their medicine and reserving a special place for the largest of them, the eland, in their mythology. None of these animals are endangered.

A shameful history of state persecution

Despite all this the Botswana government has used poaching as a pretext for its latest round of persecution. The increasingly authoritarian government of General Ian Khama sees the Bushmen as a national embarrassment. It wishes to see them forcibly integrated with mainstream society in the name of ‘progress’.

There are huge diamond deposits on, or close to, the Bushmen’s lands, as well as natural gas which is soon to be fracked out of the soil. Botswana would rather see wealthy foreign tourists on the Bushman’s lands – many of them western trophy hunters – as well as foreign corporations digging for resources underneath it. In their eyes, ‘primitive’ hunter gatherers are an inconvenience. Between 1997 and 2002, hundreds of Bushman families were brutally evicted from their land in the Central Kalahari Game Reserve. Their homes were destroyed, their wells were capped, their possessions were confiscated, and they were moved to government eviction camps en masse. Any who tried to resist were beaten, or even shot with rubber bullets.

There are close ties between the Botswana government and the infamous De Beers diamond corporation, and both have grown rich from the gemstones. Nevertheless, the government was savvy enough to know that diamonds alone would be an ugly excuse for wiping out an entire people, so they circulated absurd rumors.

The Bushmen were ‘poachers’, they said. They rode around in jeeps, they shot game on a massive scale with rifles, and posed a threat to the environment they had been dependent on and managed for millennia. They had to change, for the sake of ‘civilization’.

Despite a landmark court ruling in 2006 which the Bushmen won with the support of Survival International, the situation is still pretty terrible. Most of the Kalahari Bushmen are still living in government camps, and access to the Reserve has only been granted to a limited number of individuals. It is enforced under a brutal permit system, which sees children born in the reserve forced from their homes and family at the age of 18.

The permits are not heritable, and so when the present generation of Bushmen dies, their people will have effectively been legislated into extinction. The system was compared to the apartheid-era South African pass laws by veteran anti-apartheid activist and former Robben Island prisoner Michael Dingake.

The annihilation of a people – genocide in open sight

As if that wasn’t bad enough they aren’t even allowed to hunt to eat. In 2014, Botswana introduced a nationwide hunting ban, but gave a special dispensation to fee-paying big game hunters, who flock to the northern Kalahari and the Okavango Delta in the extreme north of the country to shoot animals for sport.

Such a dispensation was not extended to the tribal peoples who actually live in these territories, who are accused of ‘poaching’ and face arrest, beatings and torture while tourists are welcomed into luxury hunting lodges.

And now they are being shot at from helicopters. Botswana police scour the Kalahari, looking for people hunting with spears to intimidate and arrest. The government has introduced planes with heat sensors to fly over the Bushmen’s lands looking out for ‘poachers’ – in reality Bushmen hunting antelope for food.

Police and wildlife officials then use whatever brutality they consider to be necessary to enforce the ban. This is an urgent and horrific humanitarian crisis. An entire people’s future is at stake. If the Bushmen cannot enter their land or find food there, they will have no option but to return to the government camps, where vital services are inadequate and diseases like HIV/AIDS run rampant.
Policies like this have been used by governments all over the world. It is easier and less shocking than simply exterminating people, but in the long-term it has a similar outcome. By denying people their land and basic means of subsistence, viable ways of living are abolished, and peoples’ land, resources and labor are stolen.

In a world of larger-scale and more headline-friendly crises, the plight of the Kalahari Bushmen risks being largely ignored. Nevertheless, the Bushmen – portrayed as backward and primitive simply because their communal ways are different – could face annihilation if the brutal shoot on sight policy is left in place.

Source: Counter Punch | http://www.counterpunch.org

Uganda, Kampala | Solo Exhibition Zikunta by Wasswa Donald


Sunday, 28 August 2016

New Look Ghana


New Exhibition in Accra Ghana curated by Bernard Akoi-Jackson


Wednesday, 11 May 2016

Painting Unseen | Hilma af Klint


 
Serpentine Galleries presents an exhibition of Swedish painter Hilma af Klint (1862–1944), who is now regarded as a pioneer of abstract art. While her paintings were not seen publicly until 1986, her work from the early 20th century pre-dates the first purely abstract paintings by Wassily Kandinsky, Piet Mondrian and Kazimir Malevich. 


"The show of the year" - The Sunday Times

This Serpentine exhibition focuses primarily on af Klint's body of work, The Paintings for the Temple, which dates from 1906–15. The sequential nature of her work is highlighted by the inclusion in the exhibition of numerous paintings from key series, some never-before exhibited in the UK.
After graduating from the Royal Academy of Fine Arts in Stockholm in 1887, af Klint took a studio in the city where she produced and exhibited traditional landscapes, botanical drawings and portraits. However, by 1886 she had abandoned the conventions she learned at the Academy in favour of painting the invisible worlds hidden within nature, the spiritual realm and the occult. She privately joined four other female artists to form a group called ‘The Five’. They conducted séances to encounter what they believed to be spirits who wished to communicate via pictures, leading to experiments with automatic writing and drawing, which pre-dated the Surrealists by several decades.
In 1905, af Klint received a ‘commission’ from an entity, which the group named Amaliel, to create her most important body of work, The Paintings for the Temple. Consisting of 193 predominately abstract paintings in various series and subgroups, the artist painted a path towards a harmony between the spiritual and material worlds; good and evil; man and woman; religion and science. This major work charted the influence of science and religion on af Klint’s works, from the discovery of electromagnetic waves to the spiritual teachings of anthroposophist Rudolf Steiner. Steiner was af Klint’s mentor and his presence in her life resulted in the cycle becoming more orderly with depictions of symbols and motifs, such as shells, snakes, lilies and crosses, from his spiritual movement.

Hilma af Klint painted in near isolation from the European avant-garde. Fearing that she would not be understood, she stipulated that her abstract work should be kept out of the public eye for 20 years after her death. While the works were not exhibited for a further 20 years, it subsequently came to be understood alongside the broader context of modernism at the turn of the 20th century.

The exhibition is co-curated by the Serpentine Galleries in collaboration with Daniel Birnbaum, Director of Moderna Museet, Stockholm.

Monday, 9 May 2016

Artist presents naked body as provocative tool

Author | John Owoo
(At large in Kumasi)

Source: ArtsGhana


A recent work by the Ghanaian performance artist Va-Bene Elikem Fiatsi (crazinisT artisT) that made the familiar intensely political and the peculiar eccentric ended recently in the Ashanti regional capital Kumasi.


Tapping deep into potentially traumatic subjects, Fiatsi exploits the “aesthetics” of human rights violations, sexism, gender violence, political injustice, xenophobia and religious extremism as a social process within the global community and powerfully comments on them.

Using his naked body alongside braided hair and painted nails, the artist lays motionless on a mounted table covered in red and white sheets splashed with his own blood. In the midst of an eerie silence, he engages the audience with conflicting emotions of desire and revulsion, fear and fascination as well as provocation and irritation.

Merging iconographic imageries of funerary rituals with an appropriation of the last supper from the Bible, the performance made bold comments on “pleasuring and commodification” of marginalised citizens while showing then off as victims of “freak shows”.

Fiatsi sought to re-examine the paradoxical relationship between human rights and international political structures that claim to protect marginalised individuals and groups – and he largely succeeds as he challenges the vision of the world while exposing its contradictions and complexities.
Through a multi layered performance that lasted five hours, Fiatsi managed to reduce the human body to an exotic product as though to be bargained, purchased and consumed. Indeed, he stimulates an open-ended dialogue on degradations of voiceless citizens and violations of human rights by presenting his naked body as a provocative tool.

In a near cryptic performance, Fiatsi calls on his audience (who graciously take part) and indeed the world at large, to re-examine the issue of humanity while coolly urging them to see beyond his nakedness and begin a soul-searching exercise.

Currently an MFA student at the College of Art & Design, Kwame Nkrumah University of Science and Technology (Kumasi), Fiatsi is a multimedia performance artist. His works investigate the socio-cultural supremacy of dominant groups by questioning the relationship between “right wing” groups and marginalised citizens within “civilised” societies.

He explores the hybridity of forms, spaces and structures as “inherent” components of performance art and therefore decontextualizing the relationship of the human body to society and its normative cultures. Indeed, he perceives the human body as a colony of societal norms, codes, taboos and doctrines striving against oppressive prejudices.















Pictures by Anwar Sadat Mohammed & Justice Amoh

Wednesday, 4 May 2016

Africa and how we write...

Africa is one vast Continent with over 2,500 languages or more.
A billion people plus and in any one minute you can talk about the Africans
kissing, hugging, making love, breaking up, being shot, being born, buried,
blown-up-in-minefields. You name it, it is there.
For the whole world to watch and judge at will.
Taking from it what is good for yourselves at any one time.

I can find you a starving baby, a crying Mother, a dying Aunt and a sick Granny.
Just in that one minute. It is all there for all to take at will.
Whatever suits your purpose.
If you are so inclined and unkind as you rubbish the very face of Africa.
Saying nothing positive just pointing out her faults,
showing the world her weakness that lies within.

Making out that without help she is useless.
She is too fragile not to assist and even in that very assistance
so too you are taking. Taking always taking, making out you are aiding
but all the while you're abetting, on whether or not to steal the lot or
just enough to keep her on her knees...Keep taking, keep taking,
weeya waking up to your taking attitudes of yesteryear.

Joe Pollitt, 2016

Monday, 2 May 2016

Serge Clottey written by Keilah Wells - French Version



 
Aujourd'hui commence un débat en cours sur la vie au Ghana, le premier pays sur le continent pour gagner l'indépendance, en 1957. Piloté par l'artiste, Serge Clottey, avec un entourage de collègues artistes de Labadi, Nima et ailleurs à Accra, Galerie 1957 ouvre ses portes au public à l'Hôtel Kempinski Gold Coast City. Le but du projet est d'expérimenter de nouvelles façons de voir l'art et le but de la culture à toute société. Contrairement aux générations précédentes d'artistes post-coloniale de l'Afrique, ceux qui ont reçu des bourses et des prix de se former dans diverses écoles d'art européennes, comme la Slade, la Royal Academy, le Collège international d'art ou de l'Ecole des Beaux Art Superiore à Paris, nous commençons maintenant pour voir un changement comme jamais auparavant. Les artistes choisissent de tourner le dos à la formation plus formelle de l'Ouest et préférant exercer quelque chose de beaucoup plus organique, original et home-grown, tirant de tous les aspects trouvés dans leurs cultures indigènes fières et refaire ce qui est considéré comme l'art en Afrique de l'Ouest comme un timbre pour la Communauté internationale d'art à regarder vers. Ce développe un certain changement dans l'état d'esprit global vers le continent. Il est tout à coup un besoin pour une rééducation et une meilleure compréhension de l'objet et le sens de l'art. Grâce à une série d'installations uniques et authentiques, des œuvres d'art et de spectacles, la galerie met en une norme impressionnante pour les autres suit.

Serge Attukwei Clottey a acquis une reconnaissance internationale par l'intermédiaire de l'Internet et à travers ses voyages à l'étranger avec ses œuvres mettant l'accent sur ​​les boîtes jaunes jerry , un symbole visuel iconique qui sont devenus au cœur de son travail ; ces tambours gallon jaunes sont utilisés pour apporter de l'eau dans les foyers des défavorisés peut être vu dans les quartiers les plus pauvres de Accra et devient sa métaphore optique pour le sous-développement de la capitale du Ghana. L'eau est à une prime et bien que considéré comme le droit humain le plus essentiel sur la terre , dans l' Accra , l'eau du robinet dans les foyers est strictement réservé aux gens aisés à riches et . Un bon drainage et de plomberie dans toute la ville doit encore être réalisé pour tous. Serge est souvent considéré comme l'un des chefs de file de son époque et au cours des dernières années, a effectivement mis au point une nouvelle génération d'artistes d'Afrique - Generation X , mais qu'est-ce que son père dit à son fils , habiller dans les vêtements de sa mère et appelant il Art ?

Le point dans le développement artistique de Serge tournant a été quand il se hasarda vers le Brésil et a travaillé à Belo Horizonte en 2006. Cela lui a donné un aperçu de ce que l'art pourrait être et il a alors commencé à contester les paramètres étroits de ce qui a été considéré comme l'art africain contemporain. Maintenant, nous commençons à voir comment il a pris courageusement sur le mantra de son père M. Seth Clottey, dont formelle, oeuvres d'art les plus conservateurs classiques lui ont apporté la célébrité dans les années pendant l'indépendance et au-delà. Bien que les peintures de son père sont très œuvres d'art réalisées qu'ils ne tendent à favoriser un appétit colonial. L'idée de créer des portraits, des œuvres figuratives ou de paysages, étiré sur des toiles et situé dans des cadres dorés semblait un peu unadventurous pour son fils très concurrentiel. Ces vieux-fashioned et dépassées œuvres semblaient jouer en quelque sorte entre les mains d'un passé opprimé. Ils ont été créés à la demande et sur la base d'être vendus. Pour trouver un marché spécifique pour une domination invisible qui semble être resté au Ghana depuis l'indépendance. Le jeune artiste a estimé que la génération de son père était rien de plus que les Ghanéens copie l'Occident. La culture en Afrique de l'Ouest, comme ailleurs sur le continent, est de montrer votre respect pour vos aînés en tout temps et jamais à la confrontation entre eux. Pour ce faire est considéré comme étant tout à fait impertinente et récompensé avec un beau coup. Son père, M. Seth Clottey ne pouvait tout simplement pas comprendre ce que sur la terre il était jusqu'à. Cette relation père / fils tourmenté était certainement pas facile et l'idée même de créer des œuvres sur les déchets mis au rebut a été difficile pour la génération plus âgée à se réconcilier avec et pratiquement impossible à comprendre. M. Seth Clottey était furieux contre sa non-conformité de printemps, le croyant grossier et irrespectueux. Il était à ce moment où j'ai rencontré Serge, à son plus pauvre et son meilleur. Il était en guerre avec lui-même et tous ceux autour de lui. Les deux artistes jeunes et vieux étaient à couteaux tirés. Son père a été complètement dérouté par les pitreries de son fils, pensant qu'il ne ferait jamais rien de lui-même en jouant avec les déchets mis au rebut de la ville. Quel genre de vie pourrait-il faire de tels efforts? Il n'a jamais pour un cas considéré comme ce qu'il faisait pourrait éventuellement être pris au sérieux et au Ghana finirait se moquer de son fils et de ruiner le nom de famille, ainsi a commencé au début des années angoissantes et le début des activités artistiques de Serge.

Ce sont les jours difficiles que les difficultés rencontrées Serge sans soutien financier ou émotionnel signifiait qu'il était limité aux matériaux qu'il pouvait se permettre et les lieux où il pourrait dormir. Ayant si peu d'argent qu'il a trouvé du réconfort dans ses amis dans les régions pauvres de Labadi et Nima, ce sont quelques-uns des quartiers les plus pauvres à Accra, mais il était ici que le fils banni trouve son soutien. Il aiderait à tirer dans des filets pour les pêcheurs de Labadi pour gagner un repas carré décent. Il vivait dans une chambre simple, sans eau courante ni électricité, de sorte que la peinture à l'huile ou acrylique était trop demander, de sorte que ces limitations est devenu son plus grand atout. Pendant la journée, il est devenu une plage comber à la recherche de tous les déchets échoués qu'il pourrait utiliser comme matériaux artistiques et lier ensemble pour créer ses œuvres d'art. La difficulté dans les premiers jours était de briser cet état d'esprit classique du passé, que la gueule de bois de Colonialisme que l'art ne peut vraiment être un art si elle ressemble à l'art produit dans l'Ouest (Europe ou Amérique). Il a fallu énorme volonté et l'entêtement de la jeune artiste qui était si déterminé à faire sa marque dans le monde de l'art, mais heureusement, avec l'introduction de l'Internet et l'accès à un monde plus large, toute sa pensée intense a été repris ailleurs. vraie voie de l'artiste se levait pour le rencontrer et le combat pour une véritable indépendance culturelle a été créée.

Au début, Serge a commencé à utiliser des méthodes beaucoup plus non conventionnelles de création et plus en ligne avec des artistes du passé, avant le temps des envahisseurs. En utilisant sa propre interprétation de l'art africain moderne Serge a rapidement montré ses compétences par mélanger les cartes mères et les entrailles électroniques avec des plastiques de couleurs vives avec de la ficelle et corde attachée sur les plantes de bois, qui a fait ses déclarations sculpturales, forger ses propres créations uniques et générer une complète parabole de la modernité; l'idée de la technologie qui est au centre de cet environnement métropolitaine nouvellement mise en forme d'Accra moderne. A l'époque les choses se changent à vitesse de l'éclair, mais seulement pour quelques-uns et, en réalité, la majorité était encore très sensiblement les mêmes. Dans les années qui ont suivi les choses sont devenues de plus en plus excitant que Serge est devenu plus visible sur les médias sociaux où il pourrait afficher ses œuvres, ses photographies de mode de modélisation de se montrer, son équipe qui ont été construit autour de lui, comme il a commencé à documenter les visages de Labadi et ses voyages outre-mer à Vienne. Voici où son travail a vraiment commencé à faire plus de sens et les différents artistes internationaux qu'il a été introduit à l'endroit où, en gros merveilleusement encourageant et compatissant. Son travail a commencé à se développer le long de sa confiance et ses œuvres de performance est devenu un plaisir à regarder, d'un Ghanéen sans-abri dans une capitale européenne et son désir primal était une langue en vérifier la télévision vide, se moquant de ceux de l'Ouest et les Africains misérables qui semblent avoir aucun sens, tout en vivant dans le monde fou de la richesse non partagé. D'une certaine manière, presque par magie, il avait trouvé le portail à un monde qu'il savait mais il sentait qu'il ne pourrait jamais atteindre. La porte commençait à ouvrir et à travers elle, il pouvait exprimer tous ses désirs et croyances de façon qu'il savait être, non seulement internationale mais surtout les origines des pratiques réalisées dans indigène Afrique de l'Ouest. Le secret de la grande Art réside dans son honnêteté et son exécution. Ce fut quelques années plus tard et Serge gagnait la renommée de jour en jour et il ne tarda pas à l'occasion de visiter l'Amérique est devenue disponible. Ceci est comme frapper le jackpot pour tout artiste vivant mais plus-donc pour un artiste africain. Il a voyagé de New York sur la côte Est, puis déplacé dans le pays à la mi-Ouest à l'Ohio, puis sur la côte ouest de Los Angeles et San Francisco. Avec toutes ses nouvelles expériences américaines trouvés Serge retourné au Ghana pour un héros bienvenue.

Cette exposition est un spectacle historique. Un spectacle à mi-carrière. Un passage à l'âge, et pas seulement pour cet artiste, mais pour l'Afrique aussi, son travail parle de la perte, de tristesse et de sa vie qui ne sera jamais le même, il semble un peu plus vide que avant que la mère de l'artiste est mort. Il porte ses vêtements et demande aux autres de faire la même manière rituelle, pour que l'Afrique de l'Ouest dans sa naissance, si unique et audacieux cet événement doit être clairement indiqué dans l'histoire de l'art africain. Il répond à beaucoup de questions. Sont les artistes d'Afrique à suivre l'Occident et être clonées dans quelque chose qu'ils ne sont tout simplement pas? Sont-ils tous d'attendre débouchés à l'étranger et seulement alors ils peuvent faire une différence en interne? Le monde est trop conscient de la façon dont les funérailles ont lieu au Ghana. Ils sont énormes événements, où tout le monde est invité et tout part dans le processus de l'enterrement, mais que dire de la douleur, est leur douleur au Ghana? Bien sûr, ils pleurent comme tout le monde, il est une condition humaine de se sentir la perte et ce sens de vide respectueux d'une vie perdue pour toujours.

Le symbole du Ghana est un porteur d'eau en plastique gallon jaune, utilisé d'une manière d'appeler le changement de différents types. A travers ce symbole, nous voyons l'état du Ghana aujourd'hui, pauvres et réduits en esclavage par les riches qui ont de drainage et d'argent robinets avec eau courante. Ils ont des jardins avec des gicleurs et des piscines à l'avant et une seconde piscine à l'arrière aussi. Ils ont d'énormes serviettes d'eau pour desservir la maison; grands générateurs colibris en douceur et en cours d'exécution de l'électricité; antennes paraboliques peuvent être vus dans le jardin, là pour rester à jour avec les nouvelles du monde et Internet de vitesse rapide. Mais tous ces conforts modernes ne sont pas pour tout le monde, uniquement pour l'élite. Les individus cupides qui maintiennent le pays sur ses genoux et favorisent cette société injuste divisée. Quand les gens parlent de l'économie de plus en plus ce que ça change pour les pauvres .... NONE. Ils sont maintenus pauvres pour que l'économie de croître. Ce sera certainement reproduire le ressentiment et la colère dans la majorité et nous avons donc un groupe d'artistes qui peuvent parler en leur nom. Grâce à son international se déplace Serge a appris à quel point puissant art peut être. Travailler collectivement et avec des directives strictes sur certains messages Serge et son équipe sont prêts à mettre en évidence les luttes de ceux qui sont moins fortunés. Les artistes ont trouvé une façon d'avoir une voix qui peut servir les gens et les rendre fiers de se dire les Ghanéens.